Selon les pièces de la maison, l’éclairage doit être adapté à chaque fonction, à chaque ambiance.
La chambre ne nécessite pas la même luminosité que la cuisine, et il en est ainsi pour les différents espaces de la maison. Voyons ensemble quels éclairages sont les mieux adaptés à chaque pièce.

Cuisine : fonctionnalité et convivialité

La cuisine est une pièce « technique », mais pas seulement. Elle est maintenant devenue un haut lieu de vie et de convivialité, en famille et même entre amis. Pour l’aspect fonctionnel général, la suspension ou le plafonnier s’imposent, qui éclaireront toute la pièce. On veillera cependant à ce que leur lumière soit la plus diffuse, et donc la plus agréable possible.

Le plan de travail, lui, se devra d’être éclairé par des spots, rails ou bandeaux indirects qui éviteront l’éblouissement et les zones d’ombre. Ils seront forcément autonomes du plafonnier au niveau de l’allumage pour pouvoir jouer la convivialité.

Selon le type de cuisine, un éclairage direct par spot pourra même mettre l’un ou l’autre élément décoratif en valeur.

Salon : double ambiance

On s’adonne au salon à des activités variables en fonction du moment de la journée et des circonstances. Cette pièce est généralement bien baignée par la lumière naturelle et ne doit donc pas être sur-éclairée. Parce qu’il faut prévoir aussi bien les jeux des enfants que les moments entre amis ou le cocooning du soir, vous devez disposer là d’une sorte de double éclairage, pour double ambiance.

Le salon est en outre la pièce toute désignée pour multiplier les ressentis et les mises en valeur par des spots, des appliques, des lampes à pied qui créeront une atmosphère chaleureuse, de détente et d’intimité. Sans oublier l’une ou l’autre liseuse pour la lecture.

Salle à manger : chaleureuse

S’il est dans la maison un autre lieu de convivialité et de plaisir, c’est bien la salle à manger, les repas ayant un rôle social et d’échanges. Là, votre éclairage aura ainsi pour mission principale de créer la chaleur de la convivialité sans pour autant oublier le côté pratique (il faut voir ce que l’on mange). Celui-ci viendra d’une suspension bien adaptée qui aura l’avantage de voir la surface lisse de la table réfléchir la lumière, et plus encore si cette table est de ton clair. L’ambiance plus chaude sera assurée par des petits spots ou des lampes à poser, bref, d’un éclairage discret et d’arrière-plan. L’idéal est que cet éclairage puisse aussi suffire par lui-même, lorsqu’on souhaite plus d’intimité.

Chambre : selon les occupants…

Toute chambre doit dégager une ambiance agréable et reposante. Dans tous les cas, on évitera donc plafonnier ou suspension, qui sont éblouissants, sauf s’ils envoient une lumière bien diffuse vers le plafond ou s’ils sont connectés à un variateur.

Pour le reste, le choix de l’éclairage dépendra de la fonction de la chambre. S’il s’agit d’une chambre d’enfant, il faut penser aux activités de jeu, notamment, avec un bon éclairage, qui peut être obtenu par des spots ou lampes posées. L’aspect pratique prédominera.

Côté chambre des parents, faut-il préciser qu’ici, tout est question d’ambiance et de détente ? On privilégiera donc les lampes à poser, sans perdre de vue que le lit est aussi un lieu de lecture. Une fois encore, l’un ou l’autre spot peut souligner un élément décoratif, mais il importe à nouveau qu’il soit autonome.

Dans tous les cas, l’éclairage principal doit absolument pouvoir être éteint et allumé tant depuis la porte que du lit.

Salle de bain : pratique et agréable

La salle de bain n’est plus du tout un simple lieu de passage consacré à l’hygiène. Elle est aujourd’hui devenue une pièce où il fait bon se détendre.

L’éclairage général par plafonnier, s’il reste nécessaire, ne suffit donc plus, et même plus du tout. L’impression de plaisir et d’intimité proviendra de spots à diffusion de préférence indirecte, tandis que le miroir sera encadré par des lumières sur le côté plutôt qu’en haut, pour éviter les zones d’ombre gênantes pour le rasage ou le maquillage.

Bien évidemment, votre installation sera strictement conforme aux normes, prises et éclairage ne font pas bon ménage avec l’eau ni la condensation. Ici encore, une nouvelle tendance s’affirme : le recours aux équipements d’éclairage à basse tension (12 volts), qui ne présentent aucun danger.