Pour 3 Français sur 4, trouver un logement devient difficile!
Votez pour cet article

Trouver un logement

D’après un sondage Ipsos réalisé pour Nexity en janvier 2013, les Français pensent qu’il est « très difficile »  (pour 35% d’entre eux) voire difficile (pour 75 %) de trouver un logement.

Face à ce constat, on peut donc imaginer qu’en ce début d’année 2013, la vision du marché immobilier est encore sombre, bien que moins pessimiste qu’auparavant.

 

Une situation difficile, mais moins qu’avant.

Lors de la précédente enquête réalisée en septembre 2012, le pessimisme était davantage marqué dans l’esprit des Français en matière d’immobilier.

Aujourd’hui, malgré des préoccupations liées au chômage, il semble qu’il y ait un regain de confiance pour le marché immobilier.
En effet, selon un article publié par Ipsos, « la proportion de Français qui estiment difficile de trouver un logement en France aujourd’hui est en baisse de 8 points très difficile, pour « seulement » 21% des cadres), Franciliens (45%), locataires (42%) et surtout locataires en HLM (51%). »

Si on analyse la situation en détails, c’est surtout dans le domaine du logement d’urgence, pour les plus démunis, que l’accès semble le plus difficile.

Du côté des logements sociaux et des locations, la situation semble plus favorable car bien que les sondés pensent qu’il existe encore des difficultés, la proportion de personnes partageant cet avis a baissé de près de 5 points par rapport à septembre 2012.

Concernant l’accession au logement, il semble que les difficultés viennent plutôt des possibilités offertes en matière de financement car la recherche d’un logement est jugée moins difficile malgré le resserrement des conditions d’obtention de crédit et les difficultés économiques traversées par le pays.

 

Vers une fin de la hausse des prix ?

Comme constaté, une proportion plus faible de Français juge que la situation est difficile car la majeure partie de la population a le sentiment que le phénomène de « hausse des prix immobiliers » touche à sa fin.

En janvier 2013, on constate d’ailleurs une amélioration du pronostic d’évolution des prix.
Beaucoup de Français estiment que les prix augmenteront encore quelque peu pendant les 6 prochains mois mais ce ne sera pas de manière aussi importante qu’en 2012.

Du côté de la location, 59% des sondés estiment que, dans le futur, il y aura une augmentation des prix à la location (contre 64% il y a 4 mois).
Pour le prix d’achat, ils sont 48% à penser que les prix seront plus élevés dans 6 mois ; et 46% jugent qu’ils vont rester stables ou baisser.

L’une des hausses qui semble le plus inquiéter les Français, c’est celle des biens anciens.
Selon Ipsos, « 17% des Français estimant très difficile de trouver un logement aujourd’hui en France pensent que les prix de l’ancien, à l’achat comme à la location, vont beaucoup augmenter (vs. 11% pour l’achat et 10% pour la location en moyenne). »

Agir sur le prix en priorité

La hausse des prix, voilà ce que beaucoup de Français souhaitent limiter.
En effet, ils sont 50% à vouloir éviter une hausse des prix des loyers et 29% souhaitent limiter la hausse du prix à l’achat.

Autre priorité : l’économie d’énergie. 28% des Français souhaitent faire de la rénovation thermique une priorité dans leur logement.

Parmi les autres priorités, la construction de logements interpelle 26% de la population et le développement du logement social interpelle 24%, ce qui, dans les 2 cas, représente un intérêt plus important qu’il y a quelques mois, peut-être dû à la mise en place de mesures comme le dispositif Duflot.

 

Des mesures gouvernementales jugées positivement

Face à la situation immobilière et économique, le gouvernement a réagi en mettant sur pied différentes mesures.
Elles sont d’ailleurs plutôt bien accueillies par les Français, vu qu’elles portent sur des sujets qui les concernent.
Selon l’étude Ipsos, «  à la marge 

Autres mesures jugées favorablement, mais dans une moindre mesure : le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+) visant à faciliter l’accès à la propriété ; ainsi que l’augmentation de la taxe sur les logements vacants, visant à augmenter le nombre de logements sur le marché.

Par contre, le relèvement du plafond du livret A est plutôt jugé anecdotique car beaucoup n’arrivent pas à faire le lien entre cet outil d’épargne et son impact en matière de logement.

Une situation sans grande évolution

Malgré des mesures bien accueillies, les Français ont moins confiance en le gouvernement et surtout en sa gestion de la politique de logement.

Bon nombre de citoyens pensent que l’exécutif est, selon l’article d’Ipsos, « démuni face à une crise du logement qui s’enlise et une proportion toujours grandissante de mal logés, dans un contexte plus général d’augmentation continue du chômage et de crise économique durable. »

La suite au prochain épisode…

 

Source : http://www.ipsos.fr