Nos conseils pour acheter une maison en lotissement
5 (100%) 3 votes

Acheter une maison neuve dans un lotissement est une façon simple de faire construire. Le promoteur vous propose un projet clé en main depuis la viabilité du terrain jusqu’à la remise des clés. Voici quelques conseils pour acheter en VEFA.

Propriétaire d’une maison, copropriétaire des espaces communs

Faire le choix de s’installer dans un lotissement comporte certains avantages. Les promoteurs proposent des maisons aux dernières normes en vigueur et leur expérience leur permet de construire des maisons qui répondent aux normes de confort et aux standards actuels. Mais acheter en lotissement veut également dire que vous êtes copropriétaire des zones communes. Un règlement de copropriété définit l’usage et les modalités d’entretien de ces zones. Prenez-en connaissance avant de vous engager.

Préparer l’achat de sa maison sur plan

Il est important de garder en mémoire que votre maison sera implantée dans un environnement précis. Imaginer le résultat final n’est pas évident. Pensez à consulter le plan de masse qui vous permettra d’avoir une vue précise de l’implantation des différents éléments qui constituent le lotissement.

Avant de vous engager, penser à vérifier le niveau de qualité des matériaux de construction utilisés et des finitions. Pour ça, demandez à visiter une maison témoin. Cela vous permettra de vous faire une idée concrète du niveau de qualité offert par le promoteur.

Déroulement d’un achat en VEFA

La Vente en l’État Futur d’Achèvement se déroule en quatre étapes :

1. La signature du contrat de réservation : Ce document engage le promoteur à vous réserver une maison une fois construite. Il reprend toutes les données importantes liées à votre future demeure : situation, surface habitable, qualité des finitions, espaces extérieurs, délais d’exécution, prix de vente… Cependant, les données qui y sont reprises peuvent être vagues. En cas de doute, n’hésitez pas à demander plus d’informations. Intéressez-vous aux marques des équipements, aux normes énergétiques, aux canalisations ou à l’installation électrique.

2. Le versement du dépôt de garantie : Il protège le promoteur en cas désistement de l’acheteur au-delà des 7 jours de réflexions légaux. Certaines conditions permettent à l’acheteur de récupérer la somme déposée en dépôt. Parmi elles, on note : la signature du contrat de vente n’est pas réalisée dans le délai imparti, le promoteur abandonne le projet, une augmentation du prix de vente de plus de 5 % ou une diminution des prestations supérieure à 10 % de la valeur de la maison….

3. La signature du contrat de vente : effectué par un notaire, le contrat de vente doit être envoyé au moins un mois avant la date de la signature. Il reprend des mentions obligatoires comme le prix, le délai de livraison de la maison, la description des prestations…

4. La livraison de la maison : Pendant la construction, c’est le promoteur qui fait office de maître d’ouvrage. C’est lui qui assure la réception des travaux auprès des entreprises mandatées pour réaliser la construction et le second œuvre. L’acheteur dispose d’un délai de 30 jours pour faire état d’éventuels vices apparents. Le promoteur aura un an pour remédier au problème. En cas de vices cachés, ça sera la garantie biennale, décennale ou de parfait achèvement qui interviendra.

Pour l’achat en VEFA d’une maison dans un lotissement, faites le choix d’un promoteur immobilier dont la solidité financière est prouvée. Il devra disposer d’une caution auprès d’un organisme spécifique : banque, assurance, société spécialisée… En cas de problèmes financiers, l’organisme veillera à ce que le projet en cours soit achevé.