Meubles de jardin : le retour à la nature
Votez pour cet article

Fini les années de minimalisme et de froideur fonctionnelle, voici le retour de la chaleur et de l’atmosphère. Résultat: l’intérieur comme l’extérieur résonnent d’un accent résolument naturel.

Matériaux, couleurs et formes sont inspirées de la nature, à tel point que le leitmotiv ne sera plus « nous et la terre », mais bien « nous sommes la terre ». Ces tendances dévoilent un message: elles nous incitent à réfléchir à notre comportement de consommateurs et à notre environnement.

Côté jardin, exit les réalisations imposantes avec dalles de format extra-large, les bancs surdimensionnés et les topiaires géants en guise de plantations. Aujourd’hui, l’amateur de jardin recherche l’authenticité, l’identité, la chaleur et l’intimité. «Dans cette quête, il se reporte très souvent au passé», explique Ber Huls, architecte de jardin et conseiller en tendances.

Chaleur et atmosphère

Le minimalisme froid perd du terrain au profit de la chaleur et de l’atmosphère. «Tradition, chaleur et spiritualité sont les nouveaux mots clés. Ces dernières années, le consommateur a pris conscience progressivement de la valeur d’un jardin. Un jardin est un espace extérieur particulier, à la frontière entre vie privée et vie publique. Vu cette évolution des mentalités, on s’intéresse davantage à l’apparence du jardin, mais surtout à ce que l’on peut en faire. L’utilisation fonctionnelle du lieu a gagné en importance et va aujourd’hui bien au-delà du simple fait de se trouver dehors», déclare Bert Huls. S’imprégnant de ces évolutions, les fabricants adaptent leurs produits. L’heure est au retour à la nature, profitez-en!

Le bling-bling passe mais le design reste: les « sunbeds » géants et les meubles à baldaquin des dernières années semblent bien être les grands oubliés de l’été. La créativité s’est logée ailleurs, dans les formes originales ou les accessoires malins, mais semble désormais faire fi de l’opulence que l’on voulait exposer il y a quelques années encore.

Des matériaux résistants

Les jardins urbains se piquent aussi de simplicité. Quelques tabourets, une grande table et à peine quelques accessoires suffisent à apporter les touches de couleur. Et encore pas n’importe lesquelles: du blanc et les primaires (rouge, bleu et jaune) et côté motifs, quelques rayures sages. Exit le tout design un peu masculin ou la surabondance de végétaux et d’accessoires pop. On mise avant tout sur la fonctionnalité et la convivialité pour être bien sur son balcon.

Parmi les matériaux, la résine tressée est partout. Il faut dire que ses qualités lui permettent de se plier aux exigences de créateurs qui lui font prendre toutes les formes possibles: arrondies, incurvées ou à angle droit. Le tout en offrant une résistance à toute épreuve, y compris aux intempéries. Des qualités que l’on retrouve aussi avec le Textilène, un revêtement fin et résistant, qui ne craint ni les moisissures, ni les variations de températures et qui se nettoie ultra facilement. Le must du moment. Que demander de plus ? De la chaleur, de la douceur, vous répondront les détracteurs de ces matières nouvelles qu’ils jugent trop froides. La solution: le bois, qui n’a jamais réellement quitté nos jardins mais y revient aujourd’hui sous une forme plus naturelle.

Des luminaires fonctionnels

Cet été, oubliez les lanternes et autres appliques un peu vieillottes. Les luminaires de la saison sont originaux et fonctionnels et vous donneront envie de prolonger vos dîners à la belle étoile. Les lampions en papier ont encore de beaux jours devant eux. La preuve, on les retrouve dans des formes variées et des couleurs bariolées dans la plupart des enseignes de déco ou de jardin.

C’est là aussi une tendance forte de la saison: les luminaires fonctionnant à l’énergie solaire sont devenus légion. Enfin, pas question de fils qui traînent ou de travaux d’électricité: les luminaires d’extérieur jouent plus que jamais la carte du nomade. Pratiques et design, elles vous permettront de créer le soir venu une ambiance tout simplement magique.

 Marc Vandermeir